Guérir des suites de l'avortement

 

Conséquences d’un avortement : culpabilité chronique, dépression aux dates anniversaires de l’avortement et de la naissance présumée, sentiment de perte, déni, remords, regrets, honte, culpabilité, etc…

Voir le Topo : Syndrome post-avortement                        

 

 

Accueillir

 

  • Faire baigner souvent dans l’amour de Dieu – onction d’huile.

 

  • Démarche de foi. Passer de l’image d’un Dieu qui punit à celle d’un Dieu qui pardonne. Croire en un Dieu qui pardonne. « Le Seigneur connaît ton enfant et il l’aime. »

 

  • Accepter Jésus comme Seigneur et Sauveur de sa vie, expliquer comment il guérit encore aujourd’hui.

 

  • Sortir du déni, c’est :
  1. ​Reconnaître l’avortement pour ce qu’il est ;
  2. Se reconnaître le droit de ressentir ses émotions, sa souffrance, sa culpabilité, etc. et de vivre un deuil ;
  3. Percevoir le lien entre le malaise actuel et l’avortement. Ne pas le « dire », mais en présenter l’idée et demander avec délicatesse : « Penses-tu qu'il puisse y avoir une relation, même lointaine, entre ce que tu vis et le fait de ne pas avoir pu accueillir cette vie ? » 

 

  • Rester docile à la guidance de l’Esprit Saint. Adapter le rythme qui convient.

 

 

Guérison des souvenirs

 

  • Cette démarche peut être introduite comme suit :

Seigneur Jésus,

nous te remercions pour ta promesse : quand deux ou trois sont réunis en ton nom, tu es présent au milieu d’eux. Nous te rendons grâce pour ta présence ici avec nous et nous te demandons de nous guider, d’être notRe berger. Nous savons, Seigneur Jésus, que tu es le seul médecin de qui vient toute guérison véritable. Nous te remercions pour la guérison que tu opères déjà et pour celle que tu continueras à accomplir auprès de. . . . . . . . . .  !

Conduis-nous maintenant, par l'Esprit Saint, afin que . . . . . . . . . . . . . reçoive le pardon plénier et la guérison complète de son avortement.

Gloire à toi.

Amen.

 

  • Prendre paisiblement le temps de recueillir les circonstances de l’avortement. Ceci peut prendre plusieurs séances et peut se révéler partiellement cathartique.En tous cas, elle révèle les souvenirs en attente de guérison.

Quel a été le déroulement de la grossesse ?

Quelles circonstances ont présidés à la prise de décision ?

Quelles sont les raisons qui ont semblé rendre impossible l’accueil de l'enfant ?

Il ne semblait pas y avoir d'alternative à cause des études en cours, d'un plan de carrière, d'un âge trop jeune ou trop âgé pour être mère, d'un père disparu dans la nature, etc. 

Le trouble, voire la panique, ont empêché d'écouter plus profondément son cœur.

Il n’a pas été possible de se soustraire aux pressions extérieures : famille, compagnon, corps médical (suspicion de malformation, de handicap, etc.), esprit du temps qui pousse à banaliser, etc.

Le cours de la vie a-t-il pu reprendre facilement ?

L’événement a-t-il été gardé secret ou partagé ?

Quels sentiments n’avez-vous pas pu exprimer, quels besoins vous êtes-vous refusés ?

 

  • Partager ces émotions à Dieu, à une personne de confiance ; écrire une lettre (ne pas envoyer) ; exercice de la chaise vide.

 

  • Si colère, culpabilité, honte, etc. voir fiche correspondante.                                                               

 

Alternative :           Prière de Présence (prière inspirée imaginative)   

Fiche : Prière de Présence

 

  • Avec l’Esprit Saint, reviens soit : au moment de la prise de décision, à l’hôpital, juste après l’avortement, à tout événement que te suggèrera l’Esprit. Là où tu te trouves dans ton souvenir, Jésus te rejoint, il était là. Peux-tu voir son regard d’amour sur toi ? Regarde Jésus, laisse-toi aimer par lui.

 

  • Permettre la rencontre avec Jésus. Silence.

 

  • Dis à Jésus tout ce que tu ressens, toute ta souffrance, ne retiens rien. Ecoute ce que Jésus désire te communiquer, il désire parler à ton cœur. Permets-lui de te prendre dans les bras. Ton enfant est avec lui maintenant. Tu peux aussi demander pardon à Jésus. Etc.

 

  • Prier en silence. Si la personne pleure, ne pas parler, ni vouloir arrêter les larmes.

 

  • Prendre note de ce qui s’est passé, des paroles et gestes de Jésus afin de pouvoir en faire mémoire.

 

 

Pardonner aux personnes impliquées

Fiche « Pardon en quatre étapes »

 

Pardon aux personnes impliquées : père, parents, amis, médecin, infirmière, etc.

 

Seigneur,

Déposes-en moi la grâce de pardonner du fond du cœur.

En ton Nom, Jésus, par la Puissance de l’Esprit-Saint et pour la Gloire du Père, avec toute la foi et la sincérité de mon cœur, je pardonne à . . . . . . . . . . . . . . . .  le mal qu’il (elle) m’a fait, volontairement ou pas, et toutes les conséquences que cela a eu pour moi jusqu’à ce jour.

Je dénonce ce mal pour ce qu’il est : une injustice, un péché. Parce que je peux maintenant vraiment pardonner, je ne te donnerai plus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  le pouvoir de me blesser.

Je remets toutes tes dettes envers moi, sans condition aucune et pour toujours. Je ne te juge pas, mais je dénonce le mal qui m’a atteint. Je te pardonne de n’avoir pas été ce que Dieu voulait que tu sois et renonce à attendre de toi ce que tu ne m’as pas donné, ou à espérer que tu changes. Au contraire, je veux à présent t’accepter tel que tu es et te bénir, sans rien attendre en retour.

Je te rends grâce, Seigneur, de tout ce que ton Amour m’accorde aujourd’hui, de tout ce que tu feras encore demain en moi et pour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  à qui j’ai pardonné.

Amen

 

Pardon à Dieu

 

On peut intercéder pour la personne :

 

Père,

Tu n’es qu’amour pour chacun de tes enfants.

Tu n’as ni voulu ni permis ce qui est arrivé.

Tu sais faire jaillir la vie et tirer quelque chose de bon même du malheur lorsque nous te le remettons et te confions les sentiments confus que nous éprouvons.

Ton cœur de Père est bouleversé de la confiance de . . . . . . . . . . . .  venu vers toi.

Restaure les liens de confiance filiale entre . . . . . . . . . . . . . . . . . et toi.

 

 

Pardon à soi

 

Es-tu prête à te pardonner ? Que n'arrives-tu pas à te pardonner ? 

Dieu te pardonne tes fautes ! Pourtant, tu vis encore courbée sous leur poids. 

Ton Père ne te dit-il pas : « Cesse de me demander encore d'ôter tes péchés comme si ce n'était pas accompli. Ce ne sont plus tes péchés puisque tu me les as remis, ils sont à moi. »

Dès que la personne est prête, elle peut dire par ex. : 

 

« Père,

Tu m'as pardonnée cet avortement, et je t'en remercie. 

A présent, je désire et décide de m'accepter petite, faible, impuissante mais infiniment aimée de toi.

Aussi, je décide de me pardonner ................... (Nommer ce qu'on se reproche). »

Prière silencieuse.

 

ou

Seigneur,

Je prends conscience de ne pas m’être aimée comme tu le désirais.

Je sais que tu m’as complètement pardonnée, mais je ne me suis pas pardonné à moi-même ce qui est arrivé : … … … … … … … … …

Je viens aujourd’hui te demander pardon :

  • Pour ma colère d’être venue au monde ;
  • Pour ne pas m'aimer moi-même telle que tu m'as créée ;
  • Pour avoir refusé la vie ;
  • Pour mon rejet de ta création ;
  • Pour ne pas avoir accepté ta paternité, ni ta Sagesse.
  • Pour mon orgueil qui me fait penser que mon péché est en quelque sorte trop horrible pour que tu puisses me le pardonner.

Je renonce à mon animosité contre moi et aussi à ton égard Seigneur.

Réconcilie-moi avec ta bonté, Père, et avec moi-même : je décide d'accepter mon corps, mon visage, mon intelligence, mon caractère, mon histoire, la personne que je suis.

Au besoin… Réconcilie-moi avec mon époque, mon pays, ma famille, ma communauté, etc.

Visite ma vie depuis le commencement où je fus conçue jusqu'à ce jour. Guéris-moi de toute blessure qui a atteint mon cœur, ma sensibilité, ma mémoire, mon imagination, mon intelligence et ma volonté.

Libère mon être de tout lien, de toute chaîne qui me rendrait encore esclave du malheur.

Merci, Seigneur.

Amen

Prière silencieuse

 

 

Sacrement de réconciliation

 

Se reconnaître responsable (mais pas condamnée !) pour pouvoir recevoir et accueillir le pardon.

En attendant : Maintenant, es-tu prête à demander pardon au Seigneur et aux autres de les avoir blessés ?

Si oui, inviter à vivre le sacrement de Réconciliation.

Sans attendre il est déjà possible de prier :

Seigneur, Jésus,

je te prie de me pardonner la manière dont j'ai pu réagir : mes colères, ma haine, mes manques de respect envers . . . . .  . . . .  . . . , etc. et le mal que j'ai infligé à  . . . . . . . . . . . . . .  (Être précis.) 

Seigneur Jésus,

je dépose entre tes mains toute ma colère, ma rancune, ma révolte, ma culpabilité, etc. Je te prie de libérer mon cœur.

Il s’avère utile de reprendre le Ps 50 (51), par exemple.

 

 

Prière de Délivrance

                                      Fiche ad hoc

Briser les pactes inconscients.

 

 

Faire le deuil

 

  1. Rendre vivante la mémoire de l’enfant

À présent, pourrais-tu évoquer davantage ton enfant ?

As-tu une idée du sexe qu'il aurait eu ?

Demandes au besoin à Dieu, s'il aurait-il été un garçon ou une fille. 

Quel nom lui aurais-tu donné ?

Quel aurait été son apparence ? 

Que penses-tu qu'il (qu'elle) aurait accompli durant sa vie ? 

Quelles auraient été tes rêves pour cet enfant ?

 

.................... (prénom de la maman) à présent nous allons confier ton enfant à Dieu, notre Père. C'est lui qui lui a donné la vie, il l'aime et continue à veiller sur lui. « Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas. Car je t’ai gravée sur les paumes de mes mains, j’ai toujours tes remparts devant les yeux. » Is 49, 15-16

Joins-toi, dans ton coeur, à la prière. 

 

Dieu, notre Père, nous savons que l'enfant de ................. (prénom de la maman) est avec toi au Ciel.

Nous te remercions pour l'amour que tu as pour lui; nous te rendons grâce également pour tous les enfants qui n’ont pu naître et que tu as accueillis.

Eux aussi, tu les aimes, ils sont tes enfants. 

A présent, nous désirons te confier l'enfant de ................… (prénom de la maman) pour l'Eternité. 

 

  1. Dire au revoir, confier l’enfant à Dieu

A présent, nous aimerions te demander de dire au revoir à ton enfant, de le confier à Jésus, ou au Père, ou à Marie car c'est, pour le moment, auprès d'eux qu'il doit demeurer. 

Silence. Pour certaines, c'est une étape difficile.

Dieu, notre Père, nous nous tournons vers toi pour te confier .............. (Prénom de l'enfant).

Nous savons que tu l'aimes plus que nous ne pourrions l'aimer. Vois sa mère, ..........… qui le dépose à présent dans tes mains. En son nom, et avec elle, nous te confions ..........… (Prénom de l'enfant) afin :

  • qu'il (qu'elle) soit avec toi en sécurité et au ciel, 
  • qu'il (qu'elle) soit aimé(e) de toi, 
  • qu'il (qu'elle) soit en la présence des anges, des saints et des membres de la  famille de ..................  qui t'ont déjà rejoints. Que Marie aussi veille sur lui (elle). 

Merci, Père, pour l'amour que tu as pour cet enfant. Nous savons qu'un jour . . . . . . . . . . . . . . . (Prénom de la maman) sera, au Ciel, à nouveau unie à son enfant : ce jour sera un grand jour. 

Nous te louerons, Seigneur, et te rendons grâce pour toutes les guérisons que tu as accomplies aujourd'hui.

 

  1. Y a-t-il autre chose que tu souhaiterais ajouter pour ton enfant ? 

Pourrais-tu fermer les yeux, garder le silence et écouter ce que le Seigneur, ou ton enfant, aurait encore à te dire dans ton cœur ?

Il peut y avoir l'expression d'un immense amour entre la mère et son enfant. Parfois la mère demande pardon à son enfant. Etc.

Il arrive que la femme ressente le besoin de demander pardon à leur bébé. 

Faire un mémorial, entretenir un souvenir apaisé de l'enfant.

 

 

Traverser la dépression

 

                             Fiche ad hoc

 

 

Conclure

 

Seigneur Jésus,

nous te remercions pour tout ce que tu as fait pour guérir . . . . . . . . . de son avortement.

Nous te remercions aussi pour N. bébé parce que tu en prendras soin pour toujours.
Merci pour cette liberté nouvelle que tu donnes à .  . .  . . . . .  . . . . . . 
Père, nous te demandons de porter .  . . . . .  . .  . dans le creux de ta main tout au long des jours.

Aide-la à reconnaître la force de ton amour et de ton pardon qui guérit. Amen.

 

  • Rendre grâce

 

  • Bénir : Que le Père dont tu es la bien-aimée depuis toujours te fasse découvrir la profondeur de l’amour qu’il te porte depuis toujours.

Que Jésus, le Seigneur et Sauveur de ta vie, t’entraîne sur des chemins nouveaux de liberté intérieure, de fécondité, de don de toi-même et de paix.

Que l’esprit Saint qui habite en ton cœur te transforme et fasse jaillir en toi la source de la joie. Amen

 

 

Trouver de l’aide

  • « Le Souffle de vie » : 02 375 95 04 /  www.souffledevie.be  / mail : info@soufledevie
  • IVG.net